Référence :1239

MES PRISONS suivies du discours sur les devoirs des hommes. Traduction de M. Antoine de Latour, avec des chapitres inédits, les additions de Maroncelli et des notices littéraires ou biographiques sur plusieurs prisonniers du Spielberg.

PELLICO, Silvio.

— Paris : Charpentier (impr. Lacrampe et comp.), 1843. In-8, 266 x 182 : frontispice, XXI pp., (1 f.), 374 pp., (1 f. de table), 24 planches. — Demi-maroquin à coins à long grain, filet doré, dos lisse orné d’un décor romantique, tête dorée plats et dos de percaline et couverture blanche glacée conservés (Canape).

« Premier tirage des Johannot ».Très belle édition illustrée romantique de l’un des textes les plus populaires de la première moitié du XIXe siècle. Il s’agit des mémoires du poète italien Silvio Pellico qui avait été arrêté pour conspiration en 1820 puis emprisonné tour à tour à Milan, Venise et dans la prison de Spielberg en Moravie où il resta 10 ans.Édition dans la traduction d’Antoine de Latour, parue pour la première fois en 1833. Elle est illustrée d’un frontispice sur chine collé, de 24 planches et de nombreuses compositions dans le texte, le tout gravé sur bois en premier tirage la majorité d’après Tony Johannot.Curieux exemplaire dans lequel on a relié les deux plats de percaline décorés sur le premier plat du portrait de Silvio Pellico enchaîné à une table, reproduisant la gravure de la première page dans un encadrement floral polychrome, et sur le second d’un fer central représentant l’auteur à son écritoire, ainsi que la couverture blanche glacée imprimée en or.Tâches sur les coins supérieurs de la reliure, quelques rousseurs notamment sur le frontispice et le titre.Provenance : Ex-libris L.D. non identifié.Bibliographie : Vicaire, VI, 514 (donne par erreur un frontispice et 25 planches, erreur répétée par Carteret) – Carteret, III, 457-458.

500.00 €